Equipe Réserve 

Cinquième à trois points des Tangos, les Rilliards sont en embuscade pour passer devant les Essonniens et leur ravir une place qualificative pour les phases finales. Les Orcéens ne les ont point fait espérer longtemps : après deux essais de Raza et Casteignau plus une pénalité de Lloberes, les visiteurs étaient déjà menés 17 à 0 au quart d’heure de jeu. Rarement dangereux, ils subiront la loi des Tangos en encaissant un cinglant 59 à 14, point de bonus offensif sécurisé très tôt dans le match avec pas moins de 8 essais inscrits dont un triplé d’Hugo Balderacchi. Si les conditions de jeu ont favorisé les en-avants, les hommes de Kaltenbach et Clappier ont montré de très belles choses et peuvent aborder les cinq dernier matchs de la saison régulière avec appétit.

Equipe Première 

Il ne fallait pas arriver en retard pour le match de l’équipe fanion à la Peupleraie ! Sentant peut-être le vent se lever et les conditions météo se dégrader, les Tangos allaient assommer leurs adversaires dès la première demi-heure, jouant un très beau rugby de mouvement malgré le conditions compliquées. Adrien Lair, suite à un superbe jeu au pied par dessus son maul de Clément Anon, marquait le premier essai de la partie, bientôt suivi par Thibaut Dupuy, bien servi par Bachir Deblaoui qui jouait parfaitement le deux contre un. Bachir Deblaoui. Deux contre un. Passe. Essai. Vous avez bien lu. Ce même Bachir allait aplatir le troisième essai de la parti après un nouveau coup de pied à suivre. Les visiteurs parvenaient tout de même à rester à portée de tir en passant trois pénalités. Mi-temps, 19 à 9.

Après la pause, marquée par une opposition des Cadets du Val d’Yvette, la bouillie pouvait commencer. Le terrain de la Peupleraie, rarement en bon état ces derniers temps, devenait un vrai champ de boue, alors que même la neige s’invitait à Orsay. Les maillots blancs et oranges devenus marrons, les belles actions vues en première période laissaient place à une succession d’en-avants et de jeu à une passe stérile. Transits de froid et couverts de boue, les acteurs ne se faisaient pas prier pour regagner les vestiaires et la douche à la fin des 80 minutes.

Avec cette victoire bonifiée, Orsay a fait le travail et va pouvoir se préparer sereinement à son projet voyage chez le voisin Antony le 15 mars, une équipe toujours difficile à battre chez elle.

Tags

Share Now

About Author

Related Post

Leave us a reply