Orsay-Meyzieu, c’était l’affiche des 16ème de finale lors de la saison dernière, pour la Première comme la Réserve. Éliminés par les Tangos, les Majolans ont pris leur revanche de manière éclatante ce dimanche, infligeant une sacré claque aux locaux.

Fédérale B

Une véritable démonstration des visiteurs qui confortent leur série d’invincibilité et leur première place de la poule. A la mi-temps, la messe était dite avec 5 essais inscrits et un score de 34 à 9. Les Tangos ne parviendront à marquer qu’un seul essai en seconde période, pour une lourde défaite 44 à 16.

Le prochain match à Saint Priest s’annonce crucial pour les Tangos s’ils veulent reprendre de la confiance et rester dans le coup pour la qualification.

Fédérale 2

Le terrain d’honneur étant en mauvais état, le match se déroulait sur le terrain synthétique. Après un quart d’heure de jeu, Orsay était parfaitement lancé dans le match avec déjà deux essais inscrits par Mathias Kaiser et Maxime Moreau. Toutefois, les Tangos ne parvenaient pas à tuer le match, surjouaient parfois et laissaient les visiteurs revenir dans le coup grâce à deux essais, dont un transformé. Une pénalité de 50 mètres juste avant la pause allait même permettre aux visiteurs de passer devant, 14 à 15.

En seconde période, les Majolans remportaient la guerre des rucks et marquaient de façon pragmatique, quand les Orcéens tentaient d’envoyer du jeu de leur camp. Si le jeu fait partie de l’ADN d’Orsay, la réalisation était défaillante : soutiens en retard, ballons jetés, maladresses…  Les visiteurs en profitaient, dans le sillage de leur excellent arrière Jean-Baptiste Merle. Inscrivant un drop à dix minutes de la fin, il permettait à son équipe de prendre neuf points d’avance.

Orsay repartait à l’assaut de l’en-but adverse, mais une cruelle interception et un essai de 80 mètres du même Merle allait crucifier les Tangos. Score final : 24-40, quelques maux de tête et deux semaines de travail avant un déplacement compliqué à Saint Priest le 8 décembre.

La décla : « On a trop essayé de jouer. On a jeté au moins 20 ballons dans le match, autant de cadeaux offerts à notre adversaire, qui par ailleurs a été très bon aujourd’hui. On a pris un bon coup de pied au c***, j’espère que ça va nous faire avancer ! » (Julien Maréchal, entraîneur des avants)

Tags

Share Now

About Author

Related Post

Leave us a reply