RÉSUMÉ ORSAY MEYZIEU– 16EME DE FINALE RETOUR | 12 MAI 2019

Battus 36 à 25 en terres rhodaniennes, les Tangos doivent faire un gros match s’ils veulent passer en 8ème de finale pour la troisième année consécutive.

Le soleil ayant remplacé la pluie et le froid de dimanche dernier, c’est un vrai parfum de phases finales qui flotte sur la Peupleraie ! Notre magnifique public s’est déplacé en nombre, toutes les conditions sont réunies pour un super match de nos Tangos.

Et pourtant, le match démarre de la pire des façons : premier ballon pour Meyzieu, première cocotte… Et premier essai. Si Orsay répond du tac au tac avec un essai également sur ballon porté, Meyzieu va repasser devant, la faute à un dégagement d’Alexandre Navarro contré par la 3ème ligne adverse. Une pénalité dans la besace, et les visiteurs mènent 17-7 à la 15ème minute, douchant les supporters. « On

On sort les calculettes, il faut maintenant inscrire 21 points pour se qualifier… Mission impossible ? Les anciens nous rassurent au bord du terrain : « A Orsay, rien n’est jamais fini. Ils peuvent le faire ».

Comme pour leur donner raison, les Tangos vont revenir dans le match affichant une sérénité contrastant avec la nervosité du match aller. Nouvelle pénaltouche et deuxième essai orcéen. La transformation est repoussée par le poteau mais Orsay semble décidé à ne rien lâcher dans ce duel. Pourtant, les faits de jeu ne sont pas à l’avantage des locaux : un carton jaune pour Damien Mercey, puis un essai refusé à posteriori pour un déblayement rugueux de notre boucher national Benoit Verrier… Toutefois, sans s’affoler si s’agacer, Orsay va passer devant grâce à un essai de pénalité juste avant la mi-temps. 19-17, rien n’est fait à l’entame de la seconde période !

Morts de faims, les Tangos sortent des vestiaires quelques minutes avant leurs adversaires. Le début de seconde période est à sens unique, les locaux faisant tout pour marquer au plus vite. Menés par les percussions de l’héroïque Paul de Gennes, la vitesse de Clément Anon rentré à la mêlée et les chevauchées surpuissantes d’Antoine Cazot au centre du terrain, Orsay fait mal aux Majolans qui sont dans les cordes. A la 60ème, les locaux sont enfin récompensés par un essai en force de Karim Bendjelloul.

Courageux et efficaces, les Majolans n’abdiquent pas et passent un beau drop. 26-20, il faut remettre un essai, synonyme de bonus, pour se qualifier. De retour dans le camp des visiteurs, Orsay va marquer à la 73ème l’essai qui les qualifie virtuellement pour la première fois de cette double confrontation, à nouveau grâce à un ballon porté. Pour enfoncer le clou, une dernière cocotte mettra fin aux derniers espoirs des Rhodaniens à la 78ème minute. 38-20, grâce à une seconde mi-temps incroyable d’intensité et de suspense, Orsay est en 8ème de finale !

Avec presque tous les essais marqués sur ballon porté, c’est aussi une vraie victoire tactique comme le détaille l’entraîneur Ivan Dury : « ça fait plusieurs semaines qu’on travaille là-dessus, pour donner une autre dimension à notre jeu. Les autres équipes nous attendent beaucoup sur les extérieurs mais on ne se prive pas de les transpercer dans l’axe. On est peut-être moins lourds mais aussi plus dynamiques. Aujourd’hui ça a payé. »

Bravo à tous pour cette magnifique victoire : joueurs, coachs, manager, soigneurs, préparateurs physiques, dirigeants et supporters !

RDV dès dimanche prochain pour le 8ème de finale aller contre Villefranche sur Saône à La Peupleraie !

Share Now

Related Post

Leave us a reply