Equipe Réserve

Après une première mi-temps assez terne où les visiteurs empêchèrent Orsay de développer son jeu, la seconde période fût à sens unique. Au final, Orsay l’emporte 34-5 grâce notamment à deux essais d’un Louis Picot Mimpfoundi, rentré en cours de match et en grande forme pour son retour de blessure. Suffisant pour être aligné avec l’équipe 1 dès dimanche prochain ? A suivre.

Avec cette quatrième victoire, les Tangos sont premiers de Poule à égalité avec Meyzieu.

Equipe 1

Après 3 victoires relativement aisées où Orsay avait pu gagner en empochant le point de bonus offensif, c’est un match d’un tout autre calibre qui attendait les Tangos. Agressifs en défense, efficaces en attaque, les Dolois démarraient tambour battant et s’installait aux commandes de ce match serré. Une pénalité et un superbe essai suite à la percée de leur numéro 9 leur permettait de mener 11-0 dès la 10ème minute de jeu. Orsay portait alors le ballon mais la défense adverse tenait bon. Elle se montrait même trop agressive et récoltait plusieurs cartons (jaunes et blancs) avant la mi-temps, Hugo Balderacchi devant même sortir définitivement, touché à l’oeil dans un ruck . Malgré une série de pénaltouches, les Tangos ne parvenaient pas à concrétiser leur domination et le score était de 14-3 à la pause.

La seconde période démarrait de la même manière avec une grosse domination orcéenne, sans toutefois concrétiser au tableau d’affichage. Il fallait attendre la 66ème minute pour voir Baptiste Fleureau marquer 3 points. Ces premiers points de la seconde période semblait libérer les Essonniens qui passaient enfin la ligne d’essai par l’intermédiaire d’un Wilfried Wehrli en feu ! Une nouvelle pénalité à la 72ème permettait à Orsay de prendre les devant pour la première fois de la partie.

Les Dolois n’avait pourtant pas dit leur dernier mot et marquaient au milieu des poteaux un nouvel essai transformé. Malgré ce coup sur la tête, les Orcéens ne paniquaient pas et revenaient dans le camp adverse. C’est sur une pénaltouche et un maul à 15 que venait le salut, l’arbitre accordant un essai de pénalité à la dernière seconde.

La décla : « Une victoire collective sur un essai à 15 qui récompense toute l’équipe. Ça démontre un bel état d’esprit du groupe lors d’un match compliqué. » (Julien Maréchal, entraîneur des avants)

Tags

Share Now

About Author

Related Post

Leave us a reply