Chez les Blondel/Chanaud, le rugby c’est une histoire de famille. Sur les traces de ses parents et de son grand-père, Alexis était prédestiné à faire chanter la balle ovale à Orsay. Après avoir honoré sa première sélection en Fédérale 2 à tout juste 18 ans, il est l’un des symboles de la volonté affichée par le Club, accompagné des clubs de l’entente Val d’Yvette, de mettre la formation au centre du village.

Alexis entouré de son papa Sébastien et de son grand-père Gilbert

Alexis, quel est ton parcours rugbystique ?

J’ai commencé le rugby à 5 à Orsay, je voulais m’inscrire au foot mais mes parents me l’avaient interdit, « tout sauf ça » ! Lorsqu’ils m’ont amené à mon premier entrainement je n’arrêtais pas de pleurer, mais dès la semaine suivante je ne voulais plus quitter le terrain. Mes meilleurs souvenirs, c’est quand on a remporté les Challenges d’Orsay ! En deuxième année de Benjamins, je suis parti à Massy puis je suis revenu en Cadets. Jusqu’à cette saison où je me suis inscrit en Junior mais j’ai finalement surtout joué en Senior.

Raconte-nous cette première saison en Seniors ?               

En début de saison, je pensais seulement faire quelques entrainements avec le groupe pendant les vacances scolaires, mais Baptiste Fleureau (responsable technique des jeunes, NDLR) m’a proposé de venir plus souvent, j’ai dit oui direct ! J’ai commencé à faire un match pour dépanner, ça s’est bien passé donc j’ai continué… Finalement, avec Evan on fait quasiment toute la saison avec l’équipe Réserve. J’ai malheureusement été arrêté par une blessure pendant quelques mois mais je suis bien revenu, jusqu’à ce dernier match où j’ai pu rentrer en Première.

 

Comment s’est passée ton intégration ?

Très bien, Orsay c’est comme une famille avec une bonne ambiance entre tout le monde. La compétition est importante mais il y a aussi de la déconnade, c’est ça que j’aime bien. Je me suis très vite intégré, avec les JB et compagnie tu es obligé de rigoler, tu ne restes pas longtemps dans ton coin !

Au niveau sportif, j’avais un peu peur de la différence de niveau entre Juniors et Seniors, je pensais avoir du mal à m’adapter mais ça s’est très bien passé. Quand ils vont vu notre intégration, à Evan et moi, pas mal de nos potes de Juniors se sont dit « Y’a moyen ! », le gap n’est pas si important. J’espère que beaucoup nous rejoindront la saison prochaine !

Evan Mégier (à gauche) et Alexis Blondel (à droite) à l’Ecole de Rugby

Parle-nous te ton premier match en Première, contre Rillieux le 1er mars ?

Mon meilleur souvenir de la saison ! Depuis tout petit, je viens à La Peupleraie pour encourager les Tangos, je n’aurais jamais pu imaginer jouer un match en Première dès cette saison ! Mon grand-père était au ski, il était dégouté de ne pas être là…

J’étais un stressé pendant l’échauffement, j’avais peur d’oublier les combis comme je n’avais pas eu beaucoup le temps de travailler avec l’équipe 1… Bon au final, vu les conditions avec la pluie, la neige et le vent je n’ai pas eu de soucis de combinaison ! J’ai dû toucher un ballon, une glissade sur 10 mètres. Je n’ai jamais eu des conditions aussi pourries, mais je m’en souviendrai !

Quels sont tes objectifs pour la saison prochaine ?

Je veux gratter tout ce que peux ! Jouer la saison en Espoirs, aider l’équipe à gagner des matchs et pourquoi pas faire quelques matchs en Une si on a besoin de moi. Je prendrai tout ce qu’on me propose.

Tags

Share Now

About Author

Related Post

Leave us a reply