LE RETOUR DU GUERRIER

Pilier, 29 ans, formé à Mantes la Jolie puis au Stade Français, à Orsay depuis 8 ans, contrôleur de gestion

Enfin de retour, ça fait du bien de rejouer ?

Oui, un plaisir de retrouver les copains et le pré après 5 mois d’absence ! Il était temps pour moi de reprendre, rien de plus frustrant de voir les gars se défoncer en pouvant rien faire. Je ne te cache pas que ma balance aussi est contente de me revoir jouer !

TU as repris la semaine dernière en B, raconte nous le premier essai du match ?

Je vois l’espoir montant de l’équipe d’Orsay JB Soucasse jouer rapidement une pénalité. Dieu merci il va aussi vite qu’un pilier qui revient de blessure. Il arrive à me passer le ballon, je fais la fameuse feinte du facteur apprise par les maîtres en la matière Victor Laperou & Alexandre Girardeau. JB me rappelle lors du 2 contre 1 en me menaçant de mort si je ne lui rends pas la pareille. J’ai pris peur et donné la balle. On ne déconne jamais avec un mexicain….

Vu des tribunes, qu’as-tu pensé de la saison jusqu’à maintenant ?

Le bilan est globalement positif puisque nous sommes deuxièmes. Une saison à deux vitesses cependant, nous avons chuté à plusieurs reprises… La défaite contre Meyzieu est pour moi la plus frustrante : j’arrive a 17-0 et je repars du stade à 24-40 ! J’espère que toute l’équipe aura envie de prendre sa revanche !

Le match contre Meaux ce dimanche ?

Il ne faut pas le prendre à la légère. Nous devons retrouver la victoire pour assurer la deuxième place car derrière nos concurrents reviennent fort ! Un bonus serait le bienvenu.

A quelle position dans la poule vois-tu Orsay à la fin des matchs de poule ?

Ma mentalité de compétiteur voudrait qu’on soit premier mais nous avons laissé beaucoup de points à l’extérieur. Je pense que le minimum est de garder la 2ème place.

Ton pêché mignon ?

Vu mon corps ce sont plutôt « tes péchés mignons »… J’aime beaucoup les soirées endiablées avec mes partenaires Sylvère (stagiaire à l’Alegria) et Killy (le dirigeant le plus ponctuel lors des départs en bus). J’aime énormément lire des « One Piece » avec mon petit Willy.

La connerie dont tu es le plus fier ?

D’avoir teint les cheveux de Killian Ganivet en Orange à la soirée de Noël avec de la bombe à graffiti. On a dû le raser après…

Le joueur le plus fort avec qui tu as joué ?

J’hésiterai entre Daniel Tuitupou, ancien Baby Black qui jouait pilier quand je suis arrivée à Orsay et Romax le Gouax, un jeune deuxième ligne technique et combattant qui a posé de gros problèmes à l’entrainement à Wilfried Wehrli.

Un moment où tu t’es senti fort ?

Quand j’ai descendu facilement une piste noire au ski alors que j’ai skié 3 fois dans ma vie…

Et un moment où tu t’es senti ridicule ?

Quand Gribouille (Fabrice Conticello, préparateur physique, NDLR) a prétendu avoir le permis bateau en Croatie… Finalité des courses : une panne d’essence en pleine mer, magnifiques créneaux sur le port et un joli spectacle pour les marins.

Ta plus belle pièce ?

Avoir fait un appel à la prière lors d’un rassemblement du Front National dans un hôtel au Creusot.

Tags

Share Now

About Author

Related Post

Leave us a reply