Quelques jours avant qu’Orsay se voit proposer une montée en Fédérale 1, nous avions fait le bilan de la saison avec les entraîneurs de l’équipe Première. Maintenant que le choix du club s’est porté sur une nouvelle saison en Fédérale 2, nous vous proposons ce bilan.

Thierry, c’était ta première saison à Orsay, comment s’est-elle passée ?

Thierry Dumaine : j’ai passé une très bonne première saison à Orsay, j’ai découvert un club avec un état d’esprit très appréciable. C’est un club convivial et familial mais aussi paradoxalement très structuré avec un staff complet et de qualité : deux prépas physiques, deux osthéos, un analyste vidéo, un soutien administratif… Tout est très bien structuré.

D’un point de vue sportif, que dire de cette saison ?

David Riquel : après avoir visé la première place en début de saison, on s’est rabattu sur la deuxième. Quand le championnat s’est arrêté, nous étions bien placés pour la conserver ce qui est positif car ça nous aurait évité des barrages.

Julien Maréchal : on a fait une bonne entame de saison avec sept victoires d’affilée. C’est toujours plus facile de construire sur des victoires… Nous étions dans une bonne dynamique pour aller à Nuits-Saint-Georges, mais la défaite là-bas nous a fait mal même si c’était une défaite honorable avec le bonus défensif.

Thierry Dumaine : pour moi c’est le match clef de la saison. On fait notre meilleure entame de match mais on se fait contrer sur deux interceptions. Au final on perd 23 à 18 avec un sentiment d’inachevé. Ça a été le début d’une période plus compliquée sur le plan mental.

Julien Maréchal : le gros échec de la saison selon moi, c’est d’avoir perdu notre invincibilité à la maison contre Meyzieu. Mener de 14 points et perdre 40 à 24… ça a remis en question pas mal de choses dans notre gestion de la concurrence et dans la remise en question individuelle, que ce soit pour les joueurs ou le staff.

Thierry Dumaine : après un mois de novembre très compliqué, je trouve qu’on a réussi à passer un cap en termes de jeu, dans la qualité des courses, la communication, le lien entre avants et trois-quarts… J’ai bien aimé le match contre Rillieux (victoire 19 à 9). Malgré les conditions très très difficiles, on a été solidaire, combatif, on a bien joué en équipe. J’aurais vraiment aimé voir sur terrain plus sec ce qu’on aurait pu faire en fin de saison !

Avec du recul, que pensez-vous des nouvelles règles du plaquage ?

Thierry Dumaine : de mon point de vue, ces règles ne sont pas optimales. Chaque week-end, on est arbitré différemment, je pense que le niveau de jeu en Fédérale 2 était meilleur avec l’ancienne règle. Cela dit, notre effectif s’est tout de même bien adapté et a réussi à produire du jeu.

Des joueurs à mettre en avant cette année ?

David Riquel : tout d’abord, je tiens à mettre en avant l’esprit du groupe cette année. L’intégration de Thierry s’est très bien passée, la dynamique est bonne. Concernant les joueurs, c’était la dernière saison de Paul de Gennes, il ne pourra même pas avoir un dernier match à La Peupleraie. C’est une page qui va se tourner, j’espère qu’on pourra tout de même lui faire une belle fête après tout ce qu’il a donné au club.

Concernant les recrues, Néhémie Kancel a fait un gros gros début de saison, c’est une belle satisfaction cette année. Chez les trois-quarts, j’aimerais mettre en avant Rémy Hou. Un joueur qui ne lâche rien, très investi. Il a su gagner sa place et je pense qu’il aurait fait les phases finales avec l’équipe 1.

Comment construire la prochaine saison en Fédérale 2 ?

Thierry Dumaine : même si la saison s’est arrêtée, le cap qu’on a réussi à passer ces dernières semaines va constituer un socle solide qui va nous aider à construire la saison prochaine.

David Riquel : la priorité, c’est de garder le groupe actuel, on devrait garder l’ossature de notre équipe. Nous avons déjà avancé sur quelques recrutements de qualité qui permettront de renforcer le groupe dans certains secteurs. Un de mes objectifs également, c’est de faire monter des jeunes de Juniors, comme cette année avec Alexis par exemple. C’est un de mes défis.

Tags

Share Now

About Author

Related Post

Leave us a reply