Fondé en 1955 sous le nom Association Sportive du Commissariat à l’Energie Atomique Saclay, l’ASCEA Saclay devient en 1968 le Rugby Atomique Club Athlétique d’Orsay, RACAO, puis en 1990 le RACAO Université et enfin en 2001 le Club Athlétique ORSAY RUGBY CLUB.

Création: 1955 -1968
Tout débute en 1955, lorsque l’Association Sportive du Commissariat à l’Energie Atomique (ASCEA) de Saclay créée une section de rugby. Sous l’égide de quelques bonnes volontés, MM. Clara, Daugreilh, Montel, Morichère, Peyrot et Boudouresque, la section se structure et adhère en 1962 à la Fédération Française de Rugby. Rapidement, les moyens manquent et surtout les infrastructures.
En 1967, le secrétaire général du CAO (Club Athlétique d’Orsay), Michel ALBARET, avec l’appui du maire Georges THEVENON, désireux de créer une section rugby se rapprochent de l’ASCEA.
Le 3 février 1968, le Comité Directeur du CAO se mit à étudier la proposition de rapprochement avec l’ASCEA et rapidement le protocole d’accord est signé à la mairie le 18 juin 1968.
La nouvelle équipe s’appellera le Rugby Atomique Club Athlétique d’Orsay (RACAO). Les élections du 24 novembre mirent rapidement en place un comité de section. Les couleurs seront tango et noir.

Les années 70
Les nouveaux terrains de rugby sont inaugurés, offrant enfin une assise géographique au tout jeune RACAO. A la fin de la saison 1971, le club découvre la Division d’Honneur en ayant remporté le trophée Eclat Pernod avec 40 essais inscrits.
Petit à petit, le RACAO devient un club incontournable de l’Essonne. Alors que le CAO fête son cinquantenaire, le RACAO engage 10 équipes dans les diverses catégories.
Avec ses 250 joueurs, le RACAO devient l’un des clubs les plus complets du Comité Ile de France de Rugby. Plusieurs entraîneurs de renom se succèdent à la tête du groupe Senior : Michel Bernardin, entraîneur du Bataillon de Joinville et de l’équipe de France Militaire puis Michel Biescas.

les années 80
C’est sous la houlette de Michel Biescas et d’André Etcheverry que le club accèdera à la Troisième Division Nationale après une saison 1983-84 remarquable : demi-finaliste du Championnat de France de Division d’Honneur, Champion d’Ile de France Réserve.
Le RACAO va réussir à se maintenir deux saisons à ce niveau exigeant à tous les points de vue. Malheureusement, à l’issue de la saison 1985-1986 le club retourne en Division d’Honneur.
André Etcheverry prit la suite de Michel Biescas. Il assura seul pendant quelques années l’entraînement des séniors ,puis au début des années 90 et jusqu’en 1994 il eut un adjoint.
Très attaché au club il ne pouvait s’arrêter là , c’est ainsi qu’il s’occupa de l’ équipe d’anciens qui existait depuis quelque années déjà : Les Pique Gonffle. BRAVO Dédé !

Les années 90
Comme à chaque coup dur, le RACAO sut faire face. En 1989, le RACAO signe une convention avec la section UEREPS de l’Université Paris XI, Paris Sud Orsay afin de renouveler ses effectifs. Joueurs, éducateurs et entraîneurs de l’Université viennent apporter leur expérience au RACAO devenu pour la circonstance le Rugby Atomique Club Athlétique d’Orsay Université (RACAOU).
L’équipe première participe à plusieurs reprises aux phases finales du Championnat de France Honneur, et développe son fond de jeu, orienté vers le mouvement.

Les années 2000
L’ambition affichée par tous était de jouer à nouveau au niveau supérieur tout en continuant de former de jeunes joueurs et à faire découvrir le rugby au plus grand nombre, toujours dans un esprit sportif.
En 2000, Champion d’Ile de France Honneur, le club ré-accède à la 3ème division fédérale.
A l’unanimité à l’assemblée générale de juin 2001, le club se sépare du Club Omnisports d’Orsay (le CAO) et vole de ses propres ailes. Il prend le nom de CA Orsay Rugby Club et conserve les couleurs tango et noir.
En 2003, fort du titre de vice champion de France de Fédérale 3, tant pour l’équipe 1 que pour la réserve, le club accède pour la 1ère fois de son histoire à la Fédérale 2, et remporte le Challenge national 51 qui récompense l’équipe la plus offensive des divisions Fédérales 1, 2 et 3. C’est le début d’une dure période qui vise à stabiliser le club en Fédérale 2.
En 2007, la qualité de l’École de Rugby est reconnue par l’obtention du «label FFR».

3 Comments

    • Bornand michel
      17 décembre 2013
      14 h 43 min

      Bonjour à tous,
      Je suis un ancien, en effet j’étais un des premiers de l’école de rugby de 1962, époque ou M.Clara ou M.Montel venaient nous chercher le dimanche matin pour enseigner les rudiments du rugby et ou nous rentrions tout boueux à la maison (pas de terrain à Orsay à l’époque et surtout pas de vestiaires).J’ai joué jusqu’en 1971, puis je suis parti vers d’autres horizons.
      J’envoie une amicale pensée aux anciens et mes félicitations et mes encouragements à tous ceux qui portent haut les couleurs d’Orsay

      Reply
    • KOVACS André
      9 février 2015
      15 h 50 min

      Chers amis,
      Je suis un ancien joueur entre 1965 et 1978.
      J’ai connu l’ASCEA et son terrain du Christ de Saclay, avec les entraînements dans l’enceinte du CEA sur une pelouse sans perches.
      Puis sous les couleurs du RACAO,le terrain du bas à Villebon et ses fameux vestiaires du type hangar d’avions et sa cuisine repeinte par les juniors, où il y a eu de bonnes bouffes. Sans oublier le petit café restaurant au dessus du stade.
      j’ai entraîné les jeunes minimes puis les cadets pendant quelques années, avec une superbe équipe capable de rivaliser avec le Racing et l’US Métro.
      j’ai connu le deuxième terrain, ses nouvelles tribunes et l’Yvette où il fallait souvent repêcher les ballons à l’épuisette.
      Je pense souvent à tous les anciens que j’ai eu grand plaisir à cotoyer, MM Montel, Clara, Albaret, la liste est longue.
      Longue vie au Club.

      Reply
    • Saint-Lu Jean-Marie
      13 juin 2015
      13 h 11 min

      Ancien du club et en particulier des belles années de la montée en division fédérale, je voudrais signaler un oubli fâcheux dans l’historique de cette montée : s’il est bien vrai qu’elle est en grande partie due à Michel Biescas,il ne l’est pas moins que celui-ci a grandement été aidé dans cette tâche par Dédé Etcheverry,qui devait le remplacer sitôt après comme entraîneur des seniors. Il était juste que cet oubli soit réparé.
      Longue vie à ce club qui m’a tant donné !

      Reply

Leave us a reply