No image

La pandémie du covid-19 ayant mis fin prématurément à la saison de toutes nos catégories, l’heure est au bilan. Première catégorie : les Seniors Féminines, dont nous dressons le bilan avec leur entraîneur orcéen Nicolas Larre. Rappelons tout d’abord que nos Seniors Féminines jouent au sein de l’entente Hurepoix-Yvette avec les clubs de Marcoussis, Nozay, Dourdan et Gif-sur-Yvette.

Nicolas, quel regard portes-tu sur les résultats de l’équipe ? 

Avant l’arrêt de la saison, l’équipe 1 était première, invaincue dans notre Championnat à X Ile-de-France et grande favorite à sa propre succession pour le titre de Champion. Énorme satisfaction en termes de résultats donc mais aussi et surtout pour le jeu produit : un jeu de mouvement total et décomplexé avec une énorme progression technique. De plus, une super ambiance due en bonne partie à l’intégration des jeunes joueuses d’Orsay qui ont ramené leur grain de folie ainsi que leurs qualités athlétiques et techniques.

Comment s’est passée ta première saison comme coach de l’équipe Première ?

L’intégration au staff pour ma part s’est super bien passée. J’ai été accueilli les bras ouvert par les autres coachs, les joueuses et les dirigeants. Une saison presque parfaite donc, même si malheureusement on n’a pas pu aller au bout.

Et l’équipe 2 ?

L’objectif principal de cette équipe était de donner du temps de jeu à toutes les joueuses. L’effectif étant assez juste, l’équipe a très souvent été en MEI mais a tout de même gagné presque tous ses matchs dans une super ambiance ! Chaque fois que les filles jouaient sur des terrains différents, on a mis un point d’honneur à ce qu’elles se retrouvent ensemble pour la troisième mi-temps afin de garder cette super cohésion d’équipe.

Quelles perspectives pour la saison prochaine ? 

Le challenge serait d’aligner une équipe à XV car on survole le championnat à X. Nous pourrions reconstruire avec tout nos acquis engrangés à X et essayer de performer au maximum, tout en sachant que la saison serait plus difficile que cette année. Mais je n’ai aucune crainte sur l’investissement des filles. Et d’ici 2 ou 3 ans, pourquoi pas viser les phases finales à XV ?

Tags

Share Now

About Author

Related Post

Leave us a reply